Chercher
Ajouter une annonce
Se connecter

Immobilier : pourquoi ils veulent vivre dans le Cotentin

[ad_1]

<!–

–>Le Cotentin attire de nouveaux profils d'acheteurs, c'est ce que constatent plusieurs agents immobiliers de la région. Entre le réchauffement climatique et la Covid-19, qui a fait apparaître le télétravail comme une solution pour associer vie professionnelle et environnement privilégié, la demande se diversifie.

Le Cotentin attire de nouveaux profils d’acheteurs, c’est ce que constatent plusieurs agents immobiliers de la région. Entre le réchauffement climatique et la Covid-19, qui a fait apparaître le télétravail comme une solution pour associer vie professionnelle et environnement privilégié, la demande se diversifie. (©Jean-Paul BARBIER)

Les raisons sont diverses pour acheter un bien immobilier chez nous, à commencer par la volonté de posséder une résidence secondaire ou tout simplement une mutation professionnelle. Depuis peu, d’autres motivations amènent des gens de l’extérieur à s’installer dans le Cotentin, soit pour toute l’année, soit durant les mois d’été. Les deux principales étant le réchauffement climatique, ainsi que la possibilité du télétravail, boosté par la crise liée à la pandémie de Covid-19, laquelle a parfois aussi conduit des individus à pousser la réflexion par rapport à leur qualité de vie, et à sauter le pas en déménageant là où l’herbe est plus verte.

Le télétravail et le climat, deux bonnes raisons de s’installer dans le Cotentin

Dans le Cotentin, le phénomène n’est pas isolé, c’est une vraie tendance que remarquent plusieurs agents immobiliers de la région. Notre climat qui nous irrite et nous frustre parfois par sa fraîcheur, le vent, etc., quand d’autres se dorent au soleil, est (presque) en train de devenir un atout.

« L’année dernière, j’ai eu des coups de fil d’habitants de Dordogne, d’Ardèche, qui prenaient des renseignements sur des biens potentiels. Ils me disaient, il fait 40° chez nous, on étouffe, nous nous posons des questions. Aujourd’hui, ce critère se confirme. J’ai l’exemple d’une dame qui va signer bientôt pour un pavillon à Le Mesnil et qui vivait dans le Var. Nous avons aussi des retraités anglais qui étaient auparavant en Charente et qui sont maintenant à Saint-Sauveur-le-Vicomte. Cela se répète de façon assez régulière, et ce n’est à mon avis pas fini »

Jean-Christophe BoullandAgence immobilière du Donjon, à Bricquebec

Nathalie Leblond renchérit : « J’ai des clients qui habitent actuellement en Bourgogne et qui vont bientôt venir chez nous. Ce que j’observe, c’est que pour eux comme pour quelques autres, la Covid-19 et le confinement ont provoqué une accélération dans leur décision. »

Le Val de Saire casse la baraque

Pierre Lerévérend est gérant de l’agence CCI Immobilier Quettehou. Interview.

D’abord, comment se porte le secteur immobilier actuellement dans le Val de Saire ?

2019 a été une année exceptionnelle et, bien que très spéciale, l’année 2020 s’avère très bonne elle aussi. Il faut dire qu’entre les émissions à la télévision sur la Manche et le Cotentin, le fait que Saint-Vaast-la-Hougue ait été élu village préféré des Français en 2019, tout cela a eu une influence que nous avons tous remarquée. Et même si, en ce moment, certains vendeurs, se rendant compte de la rareté de l’offre, essaient de faire monter le prix de leur propriété, les tarifs restent attractifs et nous demeurons l’un des littoraux les moins chers de France.

Notre climat, disons, tempéré, attire aussi…

C’est vrai. J’ai remarqué cela depuis l’année dernière. Nous avons un type de clientèle qui nous dit : on en a marre des grosses chaleurs ! Ce sont des gens partis dans le Sud qui se sont aperçus qu’il y faisait trop chaud pour eux l’été, mais il y a aussi de purs sudistes qui achètent une maison pour passer quatre mois au frais. Et ils apprécient le Cotentin car en dehors des beaux paysages, il y a pas mal de choses à visiter.

Un attachement à la région 

« Attention, il ne faut pas considérer que cela représente un pourcentage énorme par rapport à une clientèle plus classique, disons que ce cas de figure est une réalité notable. S’ajoute à cela tout simplement le fait que certains en ont marre de la grande ville, actifs ou non. »

Nathalie Leblond

Sur ce dernier point, Jean-Christophe Boulland abonde : « Nous sommes en négociation avec une retraitée qui a passé les deux mois de confinement dans un 29 m2 en région parisienne, sans balcon, et avec des voisins qui ont provoqué un dégât des eaux, alors pour 70 000 €, elle est en passe d’acheter un bien avec deux chambres, une courette et une véranda… »

Dans leur grande majorité, ces (futurs) propriétaires ne viennent pas tout à fait par hasard dans le Cotentin. « Quand nous discutons avec eux, nous découvrons que la plupart ont, ou ont eu, des attaches familiales ou amicales dans le coin, et/ou qu’ils venaient ici en vacances autrefois », déclarent les agents immobiliers.

<!–

–>Agent immobilier à Valognes, Nathalie Leblond constate que la Covid-19 et le confinement ont eu des conséquences sur les profils d'acheteurs. « Ce sont des gens que l'on ne voyait pas avant et qui ont réalisé que le télétravail était possible. »

Agent immobilier à Valognes, Nathalie Leblond constate que la Covid-19 et le confinement ont eu des conséquences sur les profils d’acheteurs. « Ce sont des gens que l’on ne voyait pas avant et qui ont réalisé que le télétravail était possible. » (©Corinne Gallier)

[ad_2]

Lire l’article sur le site source

Author

Add Comment

Your email is safe with us.

Rejoins la communauté 🇫🇷La plateforme d’achats 100% locale et responsable

Découvrez tout ce que L'occitanie vous réserve !

X

Se connecterLocal 🇫🇷

Pour une connexion plus rapide :

ou

Pour confirmer votre compte, vérifiez votre boite email.

Réinitialiser votre mot