Chercher
Ajouter une annonce
Se connecter

Présidentielle américaine : Biden se rapproche des 270 grands électeurs, Trump saisi la justice

[ad_1]

Les Américains sont encore suspendus à l’annonce des résultats ce mercredi 4 novembre pour l’élection du 46e président. Le scrutin est extrêmement serré entre Donald Trump, le candidat du Parti républicain, et le démocrate Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama. Les résultats définitifs, avec la prise en compte du vote par correspondance, ne pourraient être connus qu’en fin de semaine. Suivez cette élection en live.

21 h 00 – Biden rafle le Wisconsin, tempête sur le Michigan

L’équipe de campagne de Donald Trump a annoncé ce mercredi soir avoir saisi la justice du Michigan afin que les opérations de dépouillement y soient suspendues. Après dépouillement de 92% des voix, Edison Research créditait respectivement Joe Biden et Donald Trump de 49,5 et 48,9%, dans cet Etat qui offrira 16 délégués au vainqueur.

La Presse au Michigan | Le Michigan appelle à la patience, Trump poursuit https://t.co/9yntZQ3lFg

— La Presse (@LP_LaPresse) November 4, 2020

Même démarche en Pennsylvanie, où la suspension du décompte est également demandée par le Président sortant.

Donald Trump dépose également un recours pour suspendre le dépouillement en Pennsylvanie (campagne)#AFP #Election2020

— Agence France-Presse (@afpfr) November 4, 2020

Ces décisions surviennent alors que l’adversaire du Président a remporté le Wisconsin, que Trump avait gagné en 2016. Cela porte le nombre de grands électeurs de Joe Biden à 248 (en incluant l’Arizona) contre 213, sachant que le Michigan lui en vaudrait seize de plus. Les 6 du Nevada seraient alors suffisants pour atteindre la barre des 270.

19 h 00 – Trump fait feu de tout bois sur Twitter

Le réseau social Twitter a marqué au fer rouge une série de tweets du Président américain, en cette fin de journée, alors que son adversaire Joe Biden est en tête dans l’Arizona, acquis compte tenu des bulletins restant à dépouiller, dans le Nevada (de 8000 voix alors que 14% des bulletins restent à dépouiller) où il occupe la tête depuis plusieurs heures, dans le Wisconsin (de 30000 voix, 2% à dépouiller), dans le Michigan (48000 voix, 6%) et gagne du terrain en Pennsylvanie.

Trump’s and Biden’s paths to victory run through 5 key states, according to our analysis. Here’s how each could win, with maps. https://t.co/XbKVA5kW8l #ThePostElection

— The Washington Post (@washingtonpost) November 4, 2020

Donald Trump écrit, accusateur, qu’ils « travaillent dur pour faire disparaître un avantage de 500 000 voix en Pennsylvanie », désignant de supposées manœuvres démocrates. Ou encore « ils trouvent des voix pour Biden partout. Si mauvais pour notre pays ! » Son équipe de campagne annonce qu’il demande d’ores et déjà un recomptage dans le Wisconsin.

They are working hard to make up 500,000 vote advantage in Pennsylvania disappear — ASAP. Likewise, Michigan and others!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) November 4, 2020

17 h 00 – Biden passe en tête dans le Michigan

Sur la carte en temps réel du New York Times, comme sur celle de la radio publique américaine, NPR, le candidat démocrate prend pour la première fois la main dans l’Etat du Michigan, l’un de ceux où va se jouer la décision finale. À peine 10 000 voix, pour le moment, alors que plus de 90% des bulletins restent à dépouiller, mais si la tendance se confirme, ce serait un gain inestimable pour Joe Biden, également devant dans le Wisconsin, le Nevada et l’Arizona, 27 grands électeurs à eux trois.

Tout cela représente un potentiel de 43 grands électeurs, précisément ce qui lui manque. Donald Trump n’a pas tardé à réagir, sous-entendant une fraude dans un tweet immédiatement signalé par Twitter comme inapproprié et mettant en cause la sincérité des bulletins décomptés.

WHAT IS THIS ALL ABOUT? https://t.co/6487pYLZnL

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) November 4, 2020

« Hier soir, je menais, souvent solidement, dans de nombreux Etats clés, presque tous dirigés et contrôlés par les démocrates. Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître comme par magie à mesure que des bulletins de vote surprise étaient comptabilisés. TRÈS ÉTRANGE. Les sondeurs se sont complètement et historiquement trompés. »

13 h 45 – Huit États pour une élection

À 13h45, le résultat dans huit états est encore inconnu. Parmi l’Alaska, le Nevada, le Wisconsin, le Michigan, la Pennsylvanie, la Géorgie, la Caroline du Nord et le Maine, cinq sont scrutés de près et pourraient faire basculer l’élection à tout moment.

Il s’agit de la Pennsylvanie (20 grands électeurs), le Michigan (16 grands électeurs), le Wisconsin (10 grands électeurs), la Caroline du Nord (15 grands électeurs) et la Géorgie (16 grands électeurs). Un article de France Info détaille les derniers chiffres et les enjeux de ces « Swing States ».

13 h 00 – Taux de participation record

Le taux de participation est à son plus haut niveau depuis les années 1960. Les premières estimations font état d’une participation à 62,1%. Depuis le duel Kennedy-Nixon de 1960, qui avait mobilisé 62,8% des électeurs, jamais une élection n’avait autant mobilisé les électeurs.

12 h 00 – Cinq États sous tension

Pour l’emporter, Donald Trump ou son rival démocrate doit obtenir le soutien d’au moins 270 des 538 grands électeurs du Collège électoral (dont les membres sont désignés Etat par Etat en fonction notamment de leur poids démographique).

Ce système particulier donne une importance capitale aux « Swing States« , ces Etats indécis où ni les républicains ni les démocrates ne disposent d’une base électorale suffisamment stable pour se lancer dans la bataille avec des certitudes. À midi, voici les premières estimations dans trois des cinq États clés (selon Edison Research) :

En Pennsylvanie ,Donald Trump est en tête avec 56,6% des voix contre 42,1% à Biden selon les projections effectuées à partir de 54% des votes estimés.

Dans le Michigan Donald Trump est en tête avec 52% des voix contre 47% à Joe Biden, après dépouillement de 79% des bulletins.

Dans le Wisconsin, après dépouillement de 89% des bulletins, Trump est crédité de 49% des voix et Biden de 49,3%. 

10 h 15 –  Toujours pas de vainqueur

À 10 h 15, le décompte des voix était de 224 pour Joe Biden contre 213 pour Donald Trump. Mais pour l’emporter, le candidat démocrate doit absolument remporter deux des quatre Etats suivants : Michigan, Wisconsin, Pennsylvanie et Géorgie et à l’heure actuelle, Trump est donné favoris dans ces états.

09 h 45 – « Des propos scandaleux »

L’équipe de campagne de Joe Biden est montée aux créneaux suite au discours de Donald Trump évoquant des propos « scandaleux » et « sans précédent« .

« Si le président [Donald Trump] va au bout de sa menace de saisir la justice pour tenter d’empêcher un décompte normal des voix, nous avons des équipes de juristes prêtes à se mobiliser pour résister à cet effort », avertit la directrice de campagne de Joe Biden, Jen O’Malley Dillon, dans un communiqué.

De son côté, la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez réagit elle aussi à la prise de parole de Trump : « La proclamation de victoire prématurée de Donald Trump est illégitime, dangereuse et autoritaire. Comptez les votes. Respectez les résultats. »

8 h 20 – Trump prend la parole

Donald Trump a pris la parole : « Merci pour votre soutien. Je remercie tous les Américains. Des millions de personnes ont voté pour nous ce soir. Je tiens à remercier la première dame, ma famille, le vice-président. Nous nous apprêtions à célébrer la victoire (…), un incroyable succès, ce record de participation. Nous avons remporté l’Ohio, la Floride, le Texas avec 700 000 votes d’avance, la Caroline du Nord… ils ne peuvent pas nous rattraper.

Regardez l’Arizona ça se passait bien et quelqu’un a déclaré que les démocrates l’avaient emporté. Les résultats pourraient être inversés. On n’a même pas besoin de cet état de toute manière. Les résultats ont encore changé, l’écart se resserre. Le plus important c’est qu’on gagne la grande Pennsylvanie. 690 000 voix d’avance en Pennsylvannie. C’est une grande marge avec 64 % des votes dépouillés. Nous gagnons aussi dans le Michigan. Waouh ! ça fait beaucoup 300 000 voix d’avance.

On gagne aussi dans le Wisconsin, l’Ohio, la Caroline du Nord (…) Ils ont dit qu’ils allaient nous traduire en justice. Rien ne va nous arrêter. C’est une fraude contre le public américain. Nous étions prêts à dire que nous avions remporté cette élection mais il y a une fraude qui est à l’œuvre. Nous allons nous tourner vers la cour suprême des Etats-Unis. Nous voulons assurer l’intégrité de ce vote. C’est un moment très triste pour moi. Mais je peux déjà vous dire c’est que nous avons gagné cette élection. »

8 h – La bataille fait rage pour le contrôle du Sénat

Les démocrates devraient rester majoritaires à la Chambre américaine des représentants, dont la totalité des 435 sièges étaient remis en jeu mardi aux Etats-Unis, tandis que la bataille fait rage pour le Sénat où les républicains semblent faire mieux que résister.

Sur les 35 sièges qui étaient concernés à la haute assemblée, 23 étaient détenus par des élus républicains et les démocrates espéraient être en mesure de menacer la courte majorité du parti présidentiel. 

Il faudra sans doute patienter encore pour savoir si le Sénat reste républicain ou bascule dans le camp démocrate. Notamment en raison de l’engouement inédit en faveur du vote anticipé cette année. L’issue des recours engagés pourrait ne pas être connue avant des jours, comme en Arizona, où le démocrate Mark Kelly semblait en mesure mardi soir de détrôner la républicaine Martha McSally mais où les autorités locales disposent d’un délai de vingt jours pour vérifier les résultats comté par comté. En Géorgie, il faudra même attendre le 5 janvier et un second tour entre la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler et son challenger démocrate Raphael Warnock.

« Il y a des bagarres acharnées dans tout le pays », a commenté dans la nuit Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine à la chambre haute, réélu sans surprise dans le Kentucky et qui estime à 50-50 les probabilités pour son parti de garder sa précieuse majorité au Sénat.

7 h 30 – Trump et Biden au coude à coude

L’élection présidentielle américaine se déroulant sous la forme d’un scrutin indirect, aucun résultat ferme ne peut encore être délivré. Au total, 538 grands électeurs composent le Collège électoral et une majorité de 270 est nécessaire pour être élu président des Etats-Unis. Ce mercredi à 7 h 30, Joe Biden est crédité de 223 grands électeurs et Donald Trump de 212.

7 h – Le commentaire de Michael Delafosse sur l’élection

6 h 50 – Trump accuse les démocrates de « voler l’élection »

À peine la prise de parole de Joe Biden terminée, le président sortant Donald Trump a tweeté en accusant le camp démocrate de voler l’élection. Aussitôt le réseau social a publié une mise en garde expliquant que le contenu du message pouvait être trompeur. Idem sur Facebook qui a publié un message de vigilance. La tension monte d’un cran.

We are up BIG, but they are trying to STEAL the Election. We will never let them do it. Votes cannot be cast after the Polls are closed!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) November 4, 2020

 

6 h 40 – Joe Biden « garde la foi »

Joe Biden a pris la parole dans son fief du Delaware. « Nous sommes bien partis pour gagner cette élection (…) tout se passe comme prévu. Nous allons remporter l’Arizona, rien n’est perdu en Géorgie. On ne s’y attendait pas. Toutr va bien se passer en Wisconsin et en Pennsylvannie. Cela va durer peut être plus longtemps. Ce n’est pas à moi ou à Donald Trump de dire qui a gagné, c’est au peuple américain. Je suis très reconnaissant envers les bénévoles, je remercie tous mes supporteurs. Merci ! Je suis optimiste. Il faut garder la foi, nous allons remporter cette élection. » 

Les électeurs de la côte Est ont ouvert le bal, suivis peu à peu des autres Etats.
Les électeurs de la côte Est ont ouvert le bal, suivis peu à peu des autres Etats.
EPA – DAVID BECKER

6 h – Biden en tête dans l’Arizona, Trump en Floride

La vague bleue qui était annoncée n’a finalement pas eu lieu et à 6 h du matin ce mercredi 4 novembre, rien n’est joué. Selon des résultats toujours provisoires, Joe Biden arriverait en tête dans l’Etat de Washington, l’Oregon, la Californie, l’Illinois ou la Virginie. Plus surprenant, il est aussi annoncé en tête en Arizona.

Du côté de son adversaire, pour l’heure Donald Trump est donné vainqueur dans la Floride, le Missouri, l’Arkansas, l’Oklahoma ou le Tennessee.

5 h 30 – Une complotiste élue au Congrès américain

C’est une victoire pour les républicains, avec la nomination de Marjorie Taylor Greene, qui représentera un bastion républicain de la Géorgie, où elle a été élue à la Chambre des Représentants. Mais ce nom fait particulièrement réagir, parce que Marjorie Taylor Greene est aussi connue pour être une proche de Qanon, un mouvement complotiste d’extrême droite suivant lequel Donald Trump mène une guerre secrète contre une secte mondiale composée de pédophiles satanistes, rapporte l’Obs.

Au-delà de sa proximité avec ce mouvement, Marjorie Taylor Greene est également controversée pour ses prises de positions. Elle est « pro arme, pro vie et pro dieu ». Selon elle également, les hommes blancs sont actuellement « le groupe le plus maltraité aujourd’hui aux Etats-Unis ».

5 h – La chambre des représentants reste démocrate

Les démocrates devraient rester majoritaires à la Chambre américaine des représentants, dont la totalité des 435 sièges sont mis en jeu lors des élections de mardi aux Etats-Unis, selon les projections de la chaîne de télévision NBC.

Les électeurs américains se prononcent par ailleurs sur un tiers des sièges du Sénat, actuellement contrôlé par les républicains.

4 h 30 – Le duel plus serré que prévu dans de nombreux Etats

Les deux rivaux se sont partagés les premiers gains dans la course à la Maison blanche, selon les projections des principales chaînes de télévision américaines et de l’institut Edison Research. Les Etats conservateurs comme l’Alabama, l’Indiana, le Kentucky et le Tennessee étaient donnés favorables à Donald Trump tandis que le Massachusetts, le Vermont, New York et le Connecticut, des Etats à penchant démocrate, semblaient promis à Joe Biden.

Mais, alors que les bureaux de vote fermaient dans la majorité des Etats, la course restait indécise dans la dizaine de « Swing States » – ceux à même de faire basculer l’issue du scrutin.

En Floride, où les experts considèrent que Donald Trump doit s’imposer pour espérer être réélu, le président sortant était crédité d’une légère avance sur son rival démocrate, avec 50,5 % des suffrages contre 48,5%. L’équipe de campagne du président sortant a déjà clamé sa victoire dans cet Etats, où 29 grands électeurs sont à la clé.

A écouter – Présidentielle américaine : Susan George, « les femmes votent largement pour Biden »

Joe Biden pourrait parvenir à décrocher la majorité de 270 grands électeurs du Collège électoral nécessaire pour être élu à la présidence même en cas de défaite en Floride. L’ancien vice-président démocrate était au coude à coude avec le président sortant en Caroline du Nord. Des analystes ont toutefois prévenu que le vote par anticipation pourrait profiter à Joe Biden dans cet Etat car les bulletins y sont dépouillés bien avant l' »Election Day ».

Au Texas, avec environ deux tiers des bulletins pris en compte, Joe Biden devançait d’un cheveu Donald Trump, selon les projections, tandis que le président républicain prenait une avance sur son rival démocrate dans l’Ohio.

3 h 30 – Comment est élu le président des Etats-Unis ?

À écouter – Présidentielle américaine : pour Jad Zahab, « il y a des états que Trump ne doit pas perdre »

2 h 30 – Le point sur les Etats potentiellement remportés par chaque candidat

Pour Joe Biden : Rhode Island, New Jersey, Illinois, Vermont, Ohio, Michigan, Pennsylvanie, Delaware, DC, le Maryland, le Massachussets et la Virginie.

Pour Donald Trump : Alabama, Mississipi, Tennessee, Indiana, Kentucky, Géorgie, Oklahoma et Caroline du Nord.

À écouter – Pour Jah Zahab, « il y a des états que Trump ne doit pas perdre »

2 h – En Floride, les candidats au coude à coude

À deux heures (heure française), le dépouillement se poursuit dans la majorité des Etats américains. En Floride, où 87 % des bulletins ont déjà été dépouillés, les deux candidats sont au coude à coude. Joe Biden remporte pour l’instant 48,9 % des suffrages et Donald Trump, 50, 1 %. Cet Etat est scruté de près puisque le candidat qui arrivera en tête remportera 29 grands électeurs.

Dans les autres Etats clés, Joe Biden est en tête dans l’Ohio et le Michigan tout comme en Pennsylvanie. Donald Trump lui mène en Géorgie et en Caroline du Nord. Ces résultats ne sont pour l’heure que des estimations. Par ailleurs, selon les projections de l’agence Associated Press, Joe Biden remporterait le Delaware, DC, le Maryland, le Massachussets et la Virginie. Pour sa part, Donald Trump, toujours selon AP, remporterait l’Oklahoma.

1 h – Trump en tête dans l’Indiana et le Kentucky

Selon les premiers bulletins dépouillés, Donald Trump serait donné vainqueur dans l’Indiana, Etat traditionnellement républicain. Un résultat sans surprise donc, qui rapporterait 11 grands électeurs au président sortant. Même constat dans le Kentucky, où 8 sièges sont en jeu. Joe Biden, lui, est en tête dans le Vermont. Attention, il s’agit de résultats non définitifs puisque le dépouillement vient de débuter.

Les six Etats où le vote est terminé depuis 1 h du matin (heure française) sont la Georgie, l’Indiana, le Kentucky, la Caroline du Sud, la Virginie et le Vermont, où Biden serait donné vainqueur selon les estimations de Fox news. Certains bureaux de vote commencent à fermer en Floride.

À ÉCOUTER – Pour Wiliam Genieys, « tout va se jouer sur douze états pivots »

00 h 00 –  Le Covid et l’économie, au centre des préoccupations

Le coronavirus et l’économie étaient en tête des préoccupations de la moitié des électeurs américains ce mardi, selon des sondages réalisés à la sortie des urnes et compilés par l’institut Edison Research. Pour cinq électeurs sur dix, l’épidémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 9,4 millions d’Américains et en a tué plus de 230 000 cette année, doit être prioritairement maîtrisée, même aux dépens de l’économie.

À ÉCOUTER – Pour Guillaume Debré « Le vote anticipé, c’est la clé de l’élection »

Edison Research ajoute que quatre Américains sur dix pensent que les efforts pour tenter de maîtriser l’épidémie de coronavirus sont « très mauvais. » Trois Américains sur dix ont cité l’économie comme étant la question la plus importante pour eux à l’heure de se déterminer entre Donald Trump et Joe Biden. 

Sept Américains sur dix enfin indiquent qu’ils ont fait leur choix entre le président républicain sortant et son adversaire démocrate avant le mois de septembre.

23 h 30 – Le maire de Montpellier affiche son soutien à Joe Biden

Dans un tweet posté dans la soirée, le maire PS de Montpellier, Michaël Delafosse, a affiché sa volonté de voir le candidat démocrate remporter le scrutin. 

À ÉCOUTER – Pour Janet Franklin, « certains se sentent obligés de soutenir Biden »

23 h – Une longue attente des résultats, le cauchemar des investisseurs

La Bourse de New York a terminé en nette hausse mardi alors que les Américains se rendaient aux urnes pour décider, au terme d’une des campagnes les plus âpres de leur histoire, qui de Donald Trump ou de Joe Biden sera leur prochain président.

Les investisseurs semblent miser sur une victoire claire, sans l’incertitude prolongée qui serait leur cauchemar, et espèrent donc que l’issue de l’élection présidentielle permettra de déboucher rapidement ensuite sur un plan de soutien budgétaire à l’économie, malmenée par la crise sanitaire.

« Au cours des dernières 48 heures, expliquait alors Derek Halpenny, responsable de la recherche chez MUFG, les marchés sont devenus un peu plus convaincus d’une victoire de Joe Biden sans le risque de semaines d’incertitude et de turbulences. »

Les marchés misent peut-être sur une double victoire du camp démocrate, dans la course à la Maison blanche mais aussi au Congrès, qui serait synonyme de mesures de relance budgétaire plus importantes.

22 h 30 – Dans la jumelle de Montpellier, voter malgré le Covid

La ville de Saint Louis, dans le Missouri, à laquelle Montpellier est jumelé depuis de longues années, se bat avec la pandémie de Covid-19, dont la seconde vague est également en train de déferler sur les Etats-Unis. Alors que les hôpitaux de la ville enregistrent des records d’admission de malades, des personnels de bureaux de vote de la ville ont revêtu des équipements de protection intégraux afin de permettre à des personnes porteuses du virus de voter sans sortir de leur automobile, disant la détermination des uns à rendre le vote possible au plus grand nombre et des autres à accomplir leur devoir électoral.

See photos of the efforts poll workers went to as some COVID-19 positive voters cat ballots in St. Louis. https://t.co/TlTsy0QVLX

— St. Louis Post-Dispatch (@stltoday) November 3, 2020

À Arlington, où il s’est déplacé brièvement, c’est pas gagné pour Donald Trump…

An Arlingtonian shows President Trump a finger as his motorcade makes it’s way back to the White House after a stop at their campaign headquarters in Rosslyn. pic.twitter.com/q3TfGnSusn

— Jay Westcott (@jwestcottphoto) November 3, 2020

22 h 00 – Républicains et démocrates mobilisent tous azimuts

Did you donate to help pay off Floridians’ court fees and fines? About a third of the recipients have registered to vote.https://t.co/CgagJt4x4u

— Tampa Bay Times (@TB_Times) November 3, 2020

Le camp démocrate, le camp républicain se démène autant qu’ils le peuvent pour inciter les gens à voter, saturant les chaînes de télévision de spots en ce sens. À San Antonio, au Texas, le maire a lui-même conduit une centenaire jusqu’au bureau de vote. En Floride, le basketteur LeBron James et le milliardaire, ancien candidat à l’investiture Michael Bloomberg ont réglé pour plus de 27 millions de $ d’amendes que devaient 13 000 prisonniers enfermés dans les prisons de l’Etat, afin que, à jour de leur dette, ils puissent voter.

You’re reading the van correctly.

Ms. Sara Muniz turned 106 today and wanted to vote in person on election day at Alzafar Shrine.

It was an honor to meet one of San Antonio’s most dedicated voters.

Happy Birthday, Ms. Muniz! pic.twitter.com/xdTE8gR5LI

— Mayor Ron | Wear a mask! ? (@Ron_Nirenberg) November 3, 2020

Dans le Wisconsin, rapporte une journaliste de RFI, des bus sillonnent les quartiers populaires pour aller chercher les électeurs ne se déplaçant pas par eux-mêmes et les mènent jusqu’aux urnes. Cet Etat est l’un de ceux qui pourraient décider de la victoire finale.

Plusieurs églises organisent un défilé de chars, bus et voitures à travers les quartiers défavorisés de #Milwaukee. «Nous allons chercher chaque électeur qui n’a pas encore voter. C’est maintenant ou jamais », dit pasteur Froller. # Wisconsin #Elections2020@RFIpic.twitter.com/TpCruBTQ1Z

— Stefanie Schüler (@SchulerStefanie) November 3, 2020

21 h – Certains bulletins acceptés jusqu’au 23 novembre

La nature fédérale des Etats-Unis veut que les lois diffèrent dans certains domaines d’un Etat à l’autre. C’est le cas de la loi électorale. Dans certains Etats, les machines à voter sont admises, ailleurs on a pu commencer à voter par correspondance ou dans un bureau il y a plus ou moins longtemps. Et parfois, on pourra encore le faire bien après ce mardi d’élection.

 Pour être précis, dans… 22 des cinquante Etats de l’Union. Le New York Times dresse un état des lieux de ce calendrier singulier, ce mardi soir. Qui montre que des bulletins adressés par courrier pourront être reçus jusqu’au 23 novembre, dans l’Etat de Washington (Seattle), l’échéance la plus tardive. C’est le 20 en Californie, le 10 en Alaska, dans le Mississipi, le Navada, l’Etat de New York ou encore le Minnesota, le 13 à Washington et dans le voisin Maryland, le 17 dans l’Illinois, etc.

Many states will not have complete results on #ElectionNight. So we asked officials about their election results processes — and what share of votes they expect to be counted by Nov. 4.

Here’s what they said. https://t.co/Q3Dz6srUPz

— The New York Times (@nytimes) November 3, 2020

Cette situation est un facteur d’incertitude important sur la date à laquelle le résultat pourrait être connu. Elle laisse craindre des troubles dans la nuit, demain, contre lesquels dans les grandes villes les commerçants se prémunissent, témoigne notamment la journaliste de l’Agence France presse à New York. C’est aussi le cas à Washington.

#Election2020 #NewYork Les magasins chics de la 5e Avenue ou Macy’s se sont couverts de contreplaqué en cas de violences… “Je rentre chez moi, j’ai peur de troubles”, dit Justin Rodriguez, electricien, après avoir voté Biden pic.twitter.com/T3q57QprSk

— catherine triomphe (@ctriomphe) November 3, 2020

20 h – Quels sont ces Etats où se joue l’élection ?

En rapportant onze « swing states » en 2016, Donald Trump avait fait basculer l’élection en sa faveur, alors qu’il avait recueilli trois millions de voix de moins que sa rivale démocrate. Pourquoi ? Les Etats-Unis sont à ce point polarisés que certains Etats sont acquis à un camp. Exemple : la Californie aux démocrates. Du coup, chaque camp sait de quel socle il dispose, combien de grands électeurs lui sont acquis. Il lui faut gagner les autres pour atteindre le nombre décisif de 270 dans les Etats qui changent, « swinguent », d’un scrutin à l’autre.

Cette année, l’Arizona, le Wisconsin, le Michigan, la Floride, la Pennsylvanie et la Caroline du Nord sont ceux où devrait se jouer l’élection. La Floride comptant à elle seule 29 sièges au Collège électoral. En 2016, l’Arizona, la Floride, le Michigan ou encore la Caroline du Nord étaient tombés dans l’escarcelle de l’actuel occupant de la Maison Blanche. Dont l’épouse s’est rendue dans un bureau de vote de Palm Beach (Floride) pour sacrifier au vote.

Melania Trump voted on Election Day without a mask in Palm Beach, Florida, despite a county mask mandate. She was the only voter in the room at the Morton and Barbara Mandel Recreation Center at the time, the county’s election supervisor said. https://t.co/0iWpHILUJg pic.twitter.com/NBR3jj3dKy

— The New York Times (@nytimes) November 3, 2020

9 h – Le couple Clinton a voté

L’ancien Président américain Bill Clinton et son épouse Hillary, candidate malheureuse en 2016, ont voté, ce mardi, en faveur du candidat démocrate, « pour bâtir un futur meilleur pour tout le monde ».

Hillary and I just proudly cast our ballots for Joe Biden and Kamala Harris. They will work tirelessly to heal our divisions and build a better future for all of us. If you haven’t done so already, vote today! pic.twitter.com/49fSwmlbst

— Bill Clinton (@BillClinton) November 3, 2020

Donald Trump ne devrait plus quitter Washington, ce mardi, après un bref déplacement dans la banlieue sud, à Arlington, Joe Biden passant cette journée électorale en Pennsylvanie, sa terre d’élection depuis toujours, qui le porta au Sénat à 29 ans, en 1972.

18 h 30 – Projection des grands électeurs : avantage Biden

Ce ne sont que des projections, mais alors que l’ensemble des bureaux de vote ont ouvert, outre-Atlantique, un collectif rassemblant médias (Politico, CNN, US News), statisticiens (The Economist, FiveThirtyEight) ou encore analystes, soit au total neuf organisations, publie une projection, baptisée Consensus 2020, de la répartition des grands électeurs.

Avantage Joe Biden, dans une carte électorale qui verrait basculer le Texas. À prendre avec des pincettes, 96 sièges étant encore dits « toss-up » : susceptibles, comme la pièce, de tomber d’un côté ou de l’autre.

18 h – Les derniers clips de campagne des candidats

« The best is ever to come », le meilleur reste à venir, dit le Président américain.

pic.twitter.com/oLOa4kC1i0

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) November 3, 2020

« Tout se résume à ceci, votez », demande son adversaire démocrate.

It all comes down to this.

Go vote: https://t.co/eoxT07uII9 pic.twitter.com/0Sj7qlj5Bl

— Joe Biden (@JoeBiden) November 3, 2020

17 h 30 – Heures de fermeture des bureaux à travers le pays

En heures françaises.

À minuit, fermeture de certains bureaux dans les bastions républicains de l’Indiana et du Kentucky, les premiers du pays à clôturer le vote. À 2h, fin du vote en Alabama, dans le Connecticut, le Delaware, la Floride, l’Illinois, le Maine, le Maryland, le Massachusetts, le Mississippi, le Missouri, le New Hampshire, le New Jersey, l’Oklahoma, la Pennsylvanie, Rhode Island, le Tennessee et Washington DC.

Les premiers résultats pourraient donner un net avantage au candidat démocrate, ces Etats ayant autorisé le vote par anticipation des semaines avant le jour du scrutin.

À 4h, fin du vote en Arizona, dans le Colorado, dans le Kansas, en Louisiane, dans le Michigan, le Minnesota, le Nebraska, le Nouveau-Mexique, dans l’Etat de New York, dans le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, le Texas, le Wisconsin et le Wyoming. À 5h, fin du vote en Californie, dans l’Idaho, l’Oregon et Washington, une heure plus tard à Hawaï. Le scrutin se termine par la fermeture des bureaux en Alaska à 7h.

17 h – Trump, Biden… et une trentaine d’autres

1 226 personnes ont déclaré leur candidature à l’élection américaine, selon la Commission fédérale électorale américaine, même si par le jeu des grands électeurs, seul les deux représentants officiels des camps démocrate et républicain ont une chance de s’imposer. Officiels, car 325 autres démocrates, 164 républicains, 35 libertariens, 23 écologistes et le reste d’indépendants ont tenté de recueillir les signatures d’électeurs nécessaires.

« Au final, ils seront une trentaine à se soumettre au vote populaire. Autre précision, parmi ces trente candidats, tous ne concourront pas dans l’ensemble des 51 États en jeu, en raison d’un budget plus limité que les deux mastodontes démocrates et républicains », indique BFMTV.

Pour bien comprendre l’élection

– Les électeurs américains votent pour désigner les 538 grands électeurs du Collège électoral. Le lundi 14 décembre, ces grands électeurs voteront pour élire le futur Président, qui aura donc besoin de 270 voix.

– Le candidat qui arrive en tête dans un Etat, peu importe qu’il ait 50 % des voix plus une ou 99 % des voix, rafle l’intégralité des sièges de grands électeurs attribués à cet Etat. Par exemple, 55 en Californie, 29 en Floride. Seuls deux Etats les répartissent à la proportionnelle : Maine et Nebraska.

– Recueillir la majorité des voix ne vaut pas élection : les démocrates Hillary Clinton et, avant elle, Al Gore l’ont appris à leurs dépens. Ils n’avaient pas obtenus la majorité des grands électeurs tout en ayant 3 millions pour l’un et 500 000 voix pour l’autre d’avance.

245 millions d’Américains sont en âge de voter. Ces dernières années, un peu plus de 130 millions d’entre eux faisaient valoir leur droit de vote lors des présidentielles.

– 100 298 938​ électeurs ont voté par anticipation, soit par voie postale soit en personne dans des bureaux ouverts à l’avance. Cela représente environ 72% de la participation de 2016 et environ 40% du corps électoral.

– Cette journée de scrutin ne concerne pas que la présidence. Les Américains votent également pour renouveler une partie du Sénat et la Chambre des représentants, des shérifs, juges et autres élus locaux.

Biden ou Trump : voilà longtemps qu'une présidentielle n'avait autant mobilisé l'électorat américain.
Biden ou Trump : voilà longtemps qu’une présidentielle n’avait autant mobilisé l’électorat américain.
Midi Libre

 



[ad_2]

Lire l’article sur le site Source

Author

Add Comment

Your email is safe with us.

Rejoins la communauté 🇫🇷La plateforme d’achats 100% locale et responsable

Découvrez tout ce que L'occitanie vous réserve !

X

Se connecterLocal 🇫🇷

Pour une connexion plus rapide :

ou

Pour confirmer votre compte, vérifiez votre boite email.

Réinitialiser votre mot