Chercher
Ajouter une annonce
Se connecter

Vendée : après une semaine, les wallabies de la crèche toujours portés disparus


Volatilisés depuis une semaine après une « intrusion humaine » sur leur terrain, deux wallabies de la crèche des Trésors de la vie, à Bellevigny, sont toujours portés disparus.

Publié le 25 Sep 20 à 19:02

A Bellevigny, deux wallabies de la crèche des Trésors de la vie sont toujours portés disparus. (©JPY)

Depuis une semaine, Jessica Delaunay, directrice de la crèche des Trésors de la vie à Bellevigny, scrute son téléphone portable. Dans « l’attente » d’un coup de fil pour ses deux wallabies (Bennett) portés disparus depuis lundi 21 septembre.

Un mâle de 3 ans et demi et une femelle de deux ans et demi, volatilisés dans la nuit de dimanche à lundi, après une « intrusion humaine ».  En atteste « le trou dans le grillage détorsadé » qui clôture le terrain de 2 000 m2, où bondissait quatre marsupiaux.

« Agonisant au milieu du terrain »

Une visite nocturne qui a coûté la vie à un jeune wallaby. « Je l’ai retrouvé agonisant au milieu du terrain. Ce sont des animaux qui stressent très vite. Il a dû être coursé et faire un arrêt cardiaque », confie M. Delaunay, en charge des animaux. Seul un petit de deux mois a survécu (la photo).

Des « kangourous », comme les appellent les bambins de la crèche, bichonnés par les propriétaires pour égayer le jardin et « animer » le quotidien des enfants de 2 mois et demi à quatre ans. Ce, pour le plus grand plaisir des parents, « mobilisés » pour les retrouver.

Pas de traces de la femelle

Pour l’heure, seul le mâle a été vu. Une première fois, lundi 21 septembre, à 5 heures du matin, pas loin du passage à niveau de Bellevigny.

Puis une seconde fois, jeudi 24 septembre, du côté de la rue de l’Océan. Et une dernière fois ce vendredi 25 septembre, dans la matinée, toujours dans le même quartier.

En revanche, aucune trace de la femelle. « On ne sait pas si elle a été volée ou si elle a réussi à s’échapper. »

Appeler les pompiers

Dans tous les cas, difficile de mettre la main dessus lorsqu’on sait que ces animaux peuvent bondir jusqu’à 70 km/h. « Il ne faut pas chercher à les attraper, prévient M. Delaunay. Le mieux est de contacter directement les pompiers et de leur indiquer l’endroit. »

De même, le propriétaire compte sur le concours des chasseurs qui battent la campagne le week-end. « L’ouverture de la chasse peut-être l’occasion de les retrouver. D’autant qu’il est interdit de les tirer. »



Lire l’article sur le site source

Author

Add Comment

Your email is safe with us.

Rejoins la communauté 🇫🇷La plateforme d’achats 100% locale et responsable

Découvrez tout ce que L'occitanie vous réserve !

Se connecterLocal 🇫🇷

Pour une connexion plus rapide :

ou

Pour confirmer votre compte, vérifiez votre boite email.

Réinitialiser votre mot